L’Enseignement de Jésus L’Essénien

Être un essénien aujourd’hui ? C’est possible nous dit Olivier Manitara, spécialiste mondial des Esséniens et Créatif Culturel de premier plan. Non seulement l’enseignement essénien ne s’arrête pas aux Manuscrits de la Mer Morte, mais il est vivant et accessible à tous. Contrairement à ce que souhaitent les religions…

l-enseignement-de-jesus
Avec le recul que permet l’histoire et grâce à toutes les récentes découvertes tant scientifiques qu’archéologiques, chacun peut enfin facilement s’apercevoir que les différentes églises chrétiennes instituées ont dépensé beaucoup d’énergie pour cacher l’appartenance d’un grand nombre de fondateurs de leurs religions à une Ecole initiatique éternelle, connue à l’époque sous le nom de Fraternité Essénienne-Nazaréenne. Cette Ecole des mystères était parfaitement connue du temps du Maître Jésus. Tout le monde savait que les Esséniens-Nazaréens étaient l’Ecole d’où tous les plus grands prophètes d’Israël étaient sortis. Les gens considéraient qu’elle remontait en droite ligne des enseignements secrets transmis à un cercle de soixante dix disciples par Moïse lui-même. Des rumeurs circulaient relatives au haut savoir des anciens égyptiens, auquel Moïse était initié, qui leur était connu.
Même si cette Ecole Essénienne-Nazaréenne dérangeait beaucoup de monde et que des légendes circulaient à son sujet, les gens dans leur ensemble aimaient bien les Esséniens et les respectaient pour leur honnêteté, leur pacifisme, leur générosité et leur talent de guérisseurs dévoués aux plus pauvres comme aux plus riches. Le Christianisme officiel a tellement oeuvré pour rayer de l’histoire le nom même des Esséniens que presque plus rien n’est connu de leur histoire à notre époque. Les Eglises ont caché l’origine du Christianisme pour lentement tuer le véritable Enseignement du Christ afin d’obtenir un plus grand pouvoir de domination sur les consciences.
Le Christianisme authentique est la perle précieuse de toutes les religions et enseignements initiatiques. Il est profondément individualiste mais invite à la communauté d’amour. Il réunit en lui toutes les oppositions et révèle toutes les influences cachées qui veulent accaparer l’homme. Dans son essence, le Christianisme ne peut que bousculer le monde, et les Eglises instituées ont tout fait pour que le monde l’accepte sans être dérangées. C’est un compromis ; c’est aussi l’histoire de l’humanité.
Voulant le mettre à mal, les Prêtres demandent à Jésus : «Par quelle autorité fais-tu cela ?» Le Maître leur répond alors : «Le baptême de Jean (Le Baptiste) vient-il du ciel ou des hommes ?», ce à quoi les Prêtres n’osent pas répondre. Car si l’autorité de Jean venait du ciel, alors celle de Jésus pouvait elle aussi venir du ciel, et celle des prêtres pouvaient alors être remise en question : n’importe qui peut recevoir librement l’autorité du ciel s’il s’en montre digne…
Si l’autorité de Jean le Baptiste venait des hommes, alors c’était les Esséniens qui la détenaient car Jean et Jésus en étaient. La foule savait que Jean et Jésus provenaient de la même Ecole des prophètes déclarée hérétique par l’église officielle. Les prêtres auraient alors été obligés de reconnaître publiquement la valeur de l’enseignement essénien. Piégés par leur propre sournoiserie et refusant de reconnaître la vérité qui nuit à leur propre intérêt, ils révèlent à tous leur nature profonde en proclamant leur ignorance. Leur pouvoir est basé sur l’ignorance, la ruse, le mensonge et l’illusion. Tous les pouvoirs usurpés, qu’ils soient religieux, politiques ou autres, ont toujours tout mis en oeuvre pour couper les humains de tout contact avec cette source d’eau pure qui vit en eux.
Le Maître Jésus a été condamné à mort parce qu’il affirmait, comme Saint-Jean-le-Baptiste, son appartenance à l’Ecole divine des Esséniens et aussi parce qu’il transmettait à la foule un enseignement qui jusqu’alors était resté secret.
Le Maître Jésus incarne le Christ, la suprême autorité, et pourtant il ne se proclame pas le maître d’un autre homme, mais invite chacun à devenir Christ, un avec lui.
L’église n’est ni le Christ, ni le Maître Jésus, mais, au nom du Christ et du Maître, elle asservit les consciences et dirige les destinées. En réalité elle n’a aucune autorité : c’est un pouvoir usurpé. Et si son chef spirituel et temporel a fini par s’excuser et demander pardon pour tous les torts causés à travers les siècles, le Christ lui, n’a jamais eu à s’excuser de quoi que ce soit…
Le Christ représente le sommet de l’évolution de chaque être humain. Il est le modèle de tout homme, il incarne la perfection. Cet être spirituel s’est manifesté et a parlé à travers le Maître Jésus. Celui-ci avait été préparé de longue date par une Fraternité qui a oeuvré à travers les siècles pour accomplir cette tâche sainte. Jésus parlait d’autorité parce qu’il était ce qu’il disait. C’est pourquoi, il est tout à fait possible d’éprouver une grande admiration, une profonde dévotion pour Jésus et surtout pour l’Esprit qui l’habitait et qui a dit : «Je Suis la lumière du monde» tout en n’ayant aucun respect pour le Christianisme tel qu’il est représenté par la religion. Le Maître Jésus, le Christ, l’Ecole essénienne, le courant de Saint-Jean et le Christianisme tel qu’il est pratiqué dans les églises sont deux choses différentes qui sont presque en opposition. Les églises ont noyé le Christianisme sous des dogmes de lettre morte, elles ont transformé le Maître Jésus en un extraterrestre, lui qui se disait fils de l’homme, et le Christ en une abstraction métaphysique à laquelle plus personne ne comprend rien. Le Maître Jésus et le Christ sont tout sauf des abstractions, et d’ailleurs, personne n’a envie de suivre le chemin d’un charpentier qui a fini crucifié à 33 ans…
L’Ecole de Saint-Jean et son enseignement vivent sur la terre, dans la réalité physique. La véritable religion est avant tout un état d’esprit et d’âme qui appartient à la vie intérieure de l’individu et qui doit demeurer libre de toute frontière et manipulation artificielle.
Tout homme sain d’esprit, de coeur et de volonté éprouvera un ravissement indescriptible devant les exploits de ce Maître-homme et devant ses paroles d’enseignement. Il se dira : «Cet homme vit aussi au plus profond de moi comme le souvenir lointain de ma véritable nature. Tout homme, pour être digne, devrait parler, vivre et agir suivant ce modèle». Un même sentiment d’admiration pourra naître dans le même homme devant les récits du Bouddha, de Zoroastre, de Krishna, ou plus récemment devant ceux du Maître Peter Deunov. Tous ces êtres représentent à leur façon une facette de cet homme parfait qu’est le Christ. Ce même homme pourra rester totalement indifférent devant les représentants du christianisme, du bouddhisme, du mazdéïsme moderne.
Le sentiment religieux, la quête initiatique ne peuvent se vivre que dans le présent. Voilà aussi ce qui dérange : un Christ vivant, réel, un enseignement qui se manifeste dans la réalité de la terre. Il est beaucoup plus facile d’avoir un Maître mort que vivant. La Fraternité Essénienne est une Ecole éternelle, toujours présente sur la terre et d’où sont sortis tous les prophètes et les Maîtres spirituels. Voilà le secret que les différentes églises du monde ne veulent absolument pas que l’on découvre.
L’Enseignement du Christ à travers le Maître Jésus et ses disciples ne fut pas transmis à l’humanité comme une nouvelle religion, mais comme un degré plus élevé de l’Etre-Homme. C’était le fruit mûri par un long et patient travail qu’une Ecole de lumière poursuivait depuis des siècles. A ce sujet, le Maître a dit cette parole très révélatrice : «Je ne suis pas venu abolir les anciens prophètes, mais les accomplir». Il parle d’une continuité, d’une oeuvre qui ne commence pas et ne s’arrête pas avec lui. Dans le terme d’anciens prophètes, il incluait naturellement tous les grands sages et guides des autres peuples qui ont tous puisé à l’unique source de l’Ecole Divine. Il était lui-même le fruit du travail de ces anciens prophètes et de leur Ecole, et il a lui-même transmis le fl ambeau à son disciple bien-aimé : le Maître Saint- Jean ; c’est le courant de Saint-Jean qui a été chargé de garder vivant et de transmettre ce haut savoir de «l’homme dans le Je Suis la lumière du monde». Malgré les persécutions multiples, ce courant de lumière a traversé les siècles jusqu’à nos jours et c’est encore lui qui à notre époque restaure et prépare le chemin, guidant l’homme vers son plein épanouissement, et demeure fi dèle et pur devant son Maître.
Depuis les années 1864 ce courant est de nouveau en activité sur la terre. Il a en effet été réveillé d’une période de sommeil terrestre et de travail en profondeur. Il est de nouveau prêt à offrir ses fruits à tous les chercheurs et pèlerins qui marchent sur le chemin de la vie. Il est prêt aussi à soutenir tous ceux qui ont patiemment attendu le moment où les portes seraient de nouveau ouvertes, le moment de la moisson et des semences du futur ; tous ceux qui un jour ont aspiré à marcher dans les pas des serviteurs de l’humanité et des artisans de paix en toute simplicité et dans la réalité terrestre audelà de toute abstraction.
l-enseignement-de-jesus-2
‘‘ La Fraternité Essénienne est une Ecole éternelle, d’où sont sortis tous les prophètes et les Maîtres ’’
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s