Le sens de l’ouïe- Le cahier du mois du cours par correspondance

LE SENS DE L'OUIE

Les anciens Égyptiens appelaient les oreilles « les vivantes » : par l’oreille, tu t’éveilles et tu éveilles en toi ce que tu entends. Le sens de l’ouïe, c’est l’écoute de la sagesse divine comme nourriture pour se créer un corps d’immortalité. C’est par l’ouïe que tu peux comprendre les grandes lois de la vie et des mondes supérieurs. Par la pratique des arcanas sacrés du sens de l’ouïe, tu entres sur le chemin de la grande sagesse.

Table des matières

Conduire les sens vers des mondes subtils

Ce livre fait partie d’une série de cinq ouvrages sur les cinq sens, qui s’inscrivent dans la collection « Formations Esséniennes ». La majorité des textes de ces livres sont issus d’un enseignement oral transmis par Olivier Manitara en juillet et août 2010 au Québec dans le cadre de l’Université d’été et de la Formation des Quatre Corps et des Cinq Sens. Des Esséniens venant de divers horizons – de Grèce, de Belgique, de Suisse, de France, des Pays-Bas, des États-Unis et du Québec – ont participé à ce grand rassemblement dans le Village Essénien de Cookshire. Les participants à la Formation des Cinq Sens ont vécu dans la nature pendant cinq semaines en se concentrant sur leurs sens afin de les éveiller dans des perceptions plus fines par un travail intensif d’éveil. Dans ce cadre, Olivier Manitara venait au moins une fois par jour transmettre des orientations et des enseignements…

L’éducation de l’homme

L’une des vocations essentielles de la Nation Essénienne est d’engendrer une prise de conscience au niveau individuel mais aussi au niveau collectif. La conscience étant éveillée, il est possible d’élever le niveau vibratoire d’un individu comme d’une collectivité. Élever ce niveau vibratoire afin d’acquérir une qualité de vie supérieure se fait par l’éducation et l’étude. La Nation Essénienne a pour vocation de répandre l’éducation et l’étude qui permettent à l’homme d’atteindre la sagesse. La sagesse est un état d’être et de maîtrise de la vie qui est supérieur à l’homme. L’homme peut atteindre cet état et s’y maintenir jusqu’à devenir un sage. Alors, il peut maîtriser sa vie et apporter le bonheur tout autour de lui…

Le chemin de l’éveil

Le chemin de l’éveil et du travail sur soi engendre une transformation. Cheminer, c’est se transformer. Cheminer, c’est aussi rencontrer l’autre et se découvrir soi-même, de plus en plus. S’approcher de soi, se construire soi-même sans jugement, se laisser construire, c’est marcher dans le juste, le noble, le bon, le bien, le sage. On ne marche pas seul, on pose ses pas dans les traces de ceux qui nous ont précédés et on laisse une empreinte pour les générations futures. C’est la Tradition. La Tradition est le chemin. Les Maîtres sont l’âme de la Tradition et l’intelligence du chemin. Se former, c’est atteindre un but, un modèle, un pas après l’autre. Une fois le modèle atteint, il faut gravir une autre étape, jusqu’à l’ultime, là où aucun pas ne peut être posé. Un pas après l’autre, il faut avancer. Tel est le chemin du travail sur soi…

Les cinq règnes

Dans la nature vivante, il existe cinq règnes : le minéral – le végétal – l’animal – l’humain – le spirituel ou magique.
L’homme doit traverser ces règnes et en recevoir la sagesse et les corps afin de continuer sa route vers les mondes supérieurs et d’accéder aux sphères divines et à l’immortalité. Ces cinq règnes correspondent à des mondes dans lesquels l’homme doit acquérir des corps et apprendre à vivre : le minéral correspond au corps physique et à l’univers matériel – le végétal correspond au corps éthérique et à l’univers des énergies vitales et des forces formatrices – l’animal correspond au corps de sentiment et à l’univers des influences astrales – l’homme correspond au corps mental et à l’univers des formes-pensées – le spirituel ou magique correspond à la conscience éveillée et stabilisée, à la clairvoyance sacrée, c’est-à-dire au discernement juste et à la capacité de séparer le bon grain de l’ivraie. Grâce à cette capacité, l’homme peut traverser la grande illusion du monde spirituel et atteindre l’étape supérieure, qui est le monde divin, immuable, éternel.
Ce monde divin est représenté dans la Sagesse essénienne comme le royaume des Anges, les purs messagers du Père. Chaque règne est lié à un sens : le minéral est lié au sens du toucher – le végétal, au sens du goût – l’animal, au sens de l’odorat – l’homme, au sens de la vue – le monde spirituel ou magique, au sens de l’ouïe…

La voie de l’immortalité : l’androgynie

L’homme naît avec un corps qui, aussi merveilleux soit-il, le conduit irréductiblement à la mort. La science sacrée, à travers tous les peuples et toutes les cultures, dit qu’il existe en tout homme un potentiel d’immortalité. Éveiller ce potentiel s’appelle « le chemin ». Jésus disait : « Je suis le chemin, la résurrection et la vie. » (Jean 14:6) Le chemin, c’est ce qui éveille le potentiel. L’immortalité est le but car elle est le pôle divin de l’être humain et de la vie. Le sens du physique et de la vie matérielle, c’est d’éveiller l’immortalité. C’est une voie d’éveil et aussi une discipline, un savoir-faire, une technologie sage, une pratique guidée de la méditation. La méditation est l’art d’éveiller l’esprit et d’apprendre à s’observer soi-même. C’est d’abord la conscience qui doit être éveillée et, ensuite, la perception claire…

Les esprits, les génies et les égrégores

Dans la vision essénienne du monde, il y a deux mondes : le visible et l’invisible. Ils sont aussi réels l’un que l’autre, ils sont étroitement liés, ils respirent l’un dans l’autre et s’influencent mutuellement. Finalement, ils ne forment qu’un seul monde. La Sagesse essénienne étudie ces deux mondes et cherche à comprendre les lois qui les régissent. Dans tout ce que l’on peut voir, il y a un aspect qui est invisible. L’invisible est à la fois à l’intérieur mais aussi tout autour. C’est le monde des influences subtiles, de l’âme et de l’esprit. Le monde visible, lui, est créé à partir de l’assemblage des quatre éléments : le feu, l’air, l’eau et la terre. Le cinquième élément, celui qui apporte la cohérence, est justement le monde invisible. C’est par le visible que l’invisible se révèle. En cela, le visible a un aspect mystérieux car il manifeste un monde d’intelligence beaucoup plus grand que lui…

Le sens de la sagesse

Avant d’enseigner les arcanas du sens de l’ouïe, Olivier Manitara fit un court exposé dans lequel il présenta un savoir vivant sur l’oreille et le sens de l’écoute. « L’oreille est le commencement de tout. Nous nous éveillons en écoutant dans le silence la parole du Père ; c’est la première chose qui nous touche et qui nous éveille. Nous nous éveillons par l’oreille. C’est pourquoi, de tout temps, des Maîtres sont venus sur la terre et ont enseigné par la parole, dont se sont nourris les êtres qui cherchaient la Lumière.
Le sens de l’ouïe est un organe qui permet de se créer un corps, mais qui peut aussi être destructeur pour le corps et pour la vie. Si ce que tu laisses entrer en toi par ton oreille te conduit à avoir des attitudes et des pensées négatives, cela agit alors directement sur la digestion, sur les reins, sur les organes de l’élimination…

Les arcanas de l’ouïe

« Pour le sens de l’ouïe, il y a trois mouvements magiques qui appellent les esprits de la nature. Si tu prononces les paroles et fais les mouvements en conscience et dans le respect de ces êtres, ces esprits vont finir par entrer dans ton corps. Il y a un être, l’usurpateur, qui enferme tes oreilles et les autres organes de tes sens et qui t’empêche d’aller vers les Anges. Il met les cinq sens à l’envers, en retournant le pentagramme de la Lumière. Tu dois attraper le voile que cet être a mis autour de toi et le déchirer pour pouvoir écouter en étant libéré de lui. »…

Dialogue théurgique avec la Sole

La théurgie est l’héritage du monde antique. De la civilisation de l’Égypte des Pharaons en passant par la Grèce et l’Italie de Numa, la théurgie est omniprésente. Elle crée la culture, dirige les peuples, organise les cités. La théurgie n’est pas l’art de créer les Dieux, comme l’on dit certains qui ont mal interprété les arcanes des temples, elle est plutôt l’art d’entrer en communication avec l’intelligence supérieure des Dieux et d’incarner ceux-ci sur la terre.
La théurgie peut se définir comme la science des théurges, ceux qui connaissent les secrets pour appeler les Dieux et les incarner dans la pureté et la vérité. Dans la pratique de la théurgie, l’homme correctement préparé devient un intermédiaire conscient entre l’invisible et le visible. Ainsi, il peut équilibrer les mondes. Il coopère avec les Dieux, devient leur intermédiaire conscient et réalise leurs œuvres sur la terre pour le bien de tous…

Dans l’océan de la sagesse

Le sens de l’ouïe est lié à la vertu de la sagesse. En septembre 2003, Olivier Manitara a transmis un magnifique enseignement oral au sujet de la sagesse, dont voici un condensé. Cet enseignement peut être une source de méditation pour l’élève qui souhaite s’approcher de l’Ange de la Sagesse et, par le fait même, de l’initiation au sens de l’ouïe. « Dans la vie, c’est la sagesse qui doit nous guider mais sache qu’il n’y a pas de sagesse à l’extérieur de toi. Personne ne peut te donner la sagesse, elle est en toi. La sagesse, c’est ton expérience, c’est toi tout entier. Si tu t’acceptes et si tu acceptes le monde dans la vérité, tu es sage et tu sais tout ce qu’il faut faire pour vivre…

Pythagore et la musique des sphères

Durant l’Université d’été, Nikos, un Essénien grec venu se former au Québec, posa à Olivier Manitara la question suivante : « La musique des sphères qu’entendaient les pythagoriciens, les initiés des anciens Mystères grecs, qu’est-ce que c’était réellement ? »
Olivier apporta la réponse suivante, qui éclaira tous les Esséniens. « Pythagore est un être unique, exceptionnel, d’une splendeur incroyable. C’est un grand Fils de Dieu qui a rayonné la Lumière sur la terre. Il était tout à fait étonnant, à la fois très concret et très subtil. C’était un homme vraiment différent, particulier car en lui vivaient deux mondes. Il est celui qui a donné à l’humanité l’ésotérisme. L’exotérique est ce que l’on voit, l’ésotérique, ce que l’on ne voit pas, le caché, le mystère…

Les paroles des Archanges

Évangile Essénien est une source inépuisable de perles de sagesse. Voici à méditer quelques paroles des Archanges sur le sens de l’ouïe, le sens de l’écoute.
« Soyez posés sur la terre comme sur un être vivant. Soyez calmes, à l’image de la profondeur de l’océan. Soyez tranquilles, immobiles, écoutez-moi dans le silence, mais ne soyez pas vides de projets, sachez exactement ce que vous voulez dans la vie. »…

Méditation du sens de l’ouïe

Concentre-toi sur la clarté de ton corps.
Ressens en toi et autour de toi que tu es dégagé du surplus de la vie, que seule la flamme pure de ton idéal et de ton aspiration à gravir la montagne pour rencontrer ton Père t’anime.
Décide-toi à prendre en considération ce qui est plus subtil en toi et à le mettre en œuvre dans ta vie.
Prends conscience que ce sont les cinq sens qui sont le subtil en toi et que ce sont eux qui peuvent te relier à ton âme s’ils sont correctement orientés.
Avec douceur, porte ton attention sur le sens de l’ouïe et imagine que tu entends de l’eau qui coule. C’est la musique d’une source qui te calme, t’assoupit jusqu’à ce que tu atteignes les limites du sommeil. Pense que cette eau nettoie toutes les futilités que tu as entendues et qui ont touché ton être…

Faire apparaître le royaume des Anges

Tu dois vivre avec ton âme, la faire vivre avec tes sens. Ton âme doit être tournée vers un monde supérieur. Pour le monde de la Lumière, le corps de l’homme est une chute, une déchéance. Seule l’âme a trouvé son avantage à venir dans le corps parce qu’elle pouvait y faire des expériences, mais elle s’est fait emprisonner par les cinq sens orientés uniquement vers le corps physique. Tu dois prendre conscience que tes cinq sens ne sont pas seulement liés au monde physique mais qu’ils déterminent aussi ton psychisme, ton âme, tes pensées, tes émotions, tes désirs… Ton être intérieur est habité et structuré par tes sens. Chacun d’eux est un moyen de percevoir le monde, de le connaître, de le comprendre, de communiquer avec la Mère…

Pour acquérir ce livre clique sur le lien suivant:  ici

En complément du livre.
(Réservé aux membres)

Le sens de l’ouïe
Le cahier de loge du cours par correspondance

 Cette cérémonie permet aux participants de purifier leur sens de l’ouïe, de nettoyer ce sens des influences du monde de l’homme. Elle s’adresse à celui qui veut sortir du mensonge, celui qui s’est éveillé, qui est sorti de son monde d’illusion et veut se créer un nouveau corps.
L’ouïe est la vertu de la sagesse, elle permet de faire intervenir la conscience pour entrer en contact avec les forces qui régénèrent.
L’homme se transforme lorsque ses perceptions sensorielles cessent de ne refléter que les surfaces des choses et des êtres mais qu’elles entrent dans les profondeurs, dans la subtilité, dans les royaumes invisibles.
Cette cérémonie permet aussi de construire son corps de Lumière à travers l’harmonisation du sens de l’ouïe. Elle pousse à se faire un corps pour glorifier la terre qui unifie les mondes, et non pour honorer un monde qui divise et conduit tout vers le néant.

Extrait

L’ouïe et la sagesse

Le sens de l’ouïe, c’est l’écoute de la sagesse divine pour se faire un corps d’immortalité.
Ta façon de penser détermine tes organes. Ta façon de voir, ta façon de bouger ont des répercussions non seulement sur ton corps mais sur ceux de tes enfants et sur les incarnations suivantes. C’est ainsi que ce qui doit être développé, c’est une perception des mondes subtils juste, une vision de ce qui est caché derrière les apparences. Il faut d’abord avoir un corps et des organes parfaitement constitués. Si tu n’as pas les yeux, tu ne peux pas voir. Si tu n’as pas les oreilles, tu ne peux pas entendre. Chacun peut se faire des organes en étant dans le corps du Maître et en devenant un instrument.
L’ouïe doit se créer un organe pour faire la séparation du subtil et de l’épais. Pour acquérir la grande sagesse, il est indispensable d’apprendre l’art de la méditation et de se poser sur la Mère, dans le calme, de tout laisser se poser, d’entrer dans la grande confiance, d’arriver à s’observer. Avant toute chose, tu dois calmer tous tes centres, être détendu, cultiver dans ton cœur l’harmonie, la grande harmonie du monde. Tu dois te former un corps avec le corps de la Tradition et non avec les corps du monde des hommes. Il faut aller vers la Lumière et vers Dieu. Dieu, en réalité, est la chose la plus naturelle à atteindre ; c’est la nature, ce qui est vrai, ce qui est partout. Sois décidé à conduire toutes tes énergies vers le plus haut, vers la cime, et à vivre en haut tout en vivant aussi en bas.
Nous devenons ce que nous voyons, ce que nous entendons, ce que nous sentons, ce que nous comprenons. Nous devenons en fonction de ce que nous sommes.
Alors, grandis un peu plus chaque jour, et ne laisse pas un jour passer sans t’unir à la terre, à l’eau, à l’air et au soleil, puis place-toi au milieu et fleuris vers Dieu…

Table des matières

Philosophie de la cérémonie
Le but magique de la cérémonie
L’ouïe et la sagesse
Le pentagramme de Lumière
La Loge Essénienne

Cérémonie « Le sens de l’ouïe »
Cérémonie pour une grande loge
Décor et matériel pour une grande loge
Cérémonie pour une loge-atelier
Cérémonie pour une loge individuelle
Décor et matériel pour une loge individuelle

Sagesse de cette cérémonie
La voix de la sagesse

Intéressé a devenir étudiant de la sagesse universelle clique sur le lien suivant: Formalaire d’inscription aux cours.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s