L’alimentation vivante

Secret de l’éternelle jeunesse

A une époque où tout un chacun parle de sauver la planète, où il est de bon ton d ’acheter « agriculture raisonnée », ou manger bio devient une nécessité pour prendre soin de sa santé, il est plus que temps de s’ouvrir à une nouvelle conscience pour stopper ce qui veut maintenant s’installer sous le couvert du naturel, du bio, au détriment du bon sens, de la sagesse millénaire.

alimentation-vivanteNotre terre celle que les indiens appelaient « la Mère terre » et que toutes les traditions reconnaissent comme telle a été magnifiquement traitée dans le film de Colline Serrault « solutions locales pour un désordre global », en ce sens où elle nous montre que la terre est un être vivant qui regorge de richesses et qui ne demande qu’à produire pour peu que l’on comprenne ses lois.
Oui mais les géants de l’agroalimentaire, poussés par notre sacro sainte économie, qui ne prennent nullement en compte l’être humain, encore bien moins la terre, ont trouvé dans cette nouvelle tendance du bio une manne inespérée. Ces géants font entrer les magasins bios dans une concurrence déloyale et la qualité des produits de certains magasins commencent à s’en ressentir. On nous propose comme palliatif au bio de l’agriculture « raisonnée », encore un leurre. Réfléchissons : une goutte de poison dans une eau pure rend l’eau empoisonnée, c’est évident.
L’enfer est pavé de bonnes intentions et on est en train de reproduire la même erreur que celle qui a conduit l’agriculture de nos grands pères à la culture intensive et aux dérapages que l’on connaît.
Il n’est pas question ici de ce que tout le monde commence à connaître via les différents spécialistes de la nutrition, les médecins, les cancérologues qui tirent la sonnette d’alarme sur les pesticides ou les OGM, mais de la compréhension d’une alimentation vivante.

Dans son livre « L’art sacré de la nutrition » Peter Deunov nous explique que chaque fruit, chaque légume nous offre sa qualité et que la nourriture influence le caractère de l’homme. Oui, mais pour cela, sachons choisir un fruit, un légume, une fleur avec les yeux et avec le nez et boycottons les fruits astiqués et calibrés -. Favorisons ceux qui vendent des graines vivantes comme Kokopelli, et boycottons les fleurs qui n’ont aucun parfum, fatiguées d’avoir été poussées à l’extrême pour être plus vite sur les étalages. Internet fourmille de bonnes adresses. Un changement fondamental est impératif qui commence par vous, par moi, par chacun d’entre nous. Ne baissons jamais les bras. Ne laissons pas ceux qui sont avides de profit nous ôter le plaisir des yeux, de notre odorat et de nos papilles. C’est une joie que nous devons sauvegarder.

Je veux parler ici de ce qui est en train de nous quitter par notre manque d’attention, notre manque de respect : la saveur des aliments, le parfum des fleurs, la disparition des espèces. Pourquoi cette disparition, pourquoi tout à coup la chair des animaux apporte-t-elle la maladie, pourquoi le goût de la carotte de nos grands pères a-t-elle disparue, pourquoi certaines fleurs ont-elles perdu leur parfum ?
Pour ceux qui se nourrissent de chair animale, sachez que la vache est végétarienne, elle est herbivore, et lui faire absorber une farine carnée l’a fait devenir folle, ce qu’avait d’ailleurs prédit Rudolf Steiner au début du XXème siècle. Mais les hommes n’ont vu que la conséquence de leur ignorance et ont parlé de la « vache folle ». C’est l’homme qui est devenu fou par son complexe de supériorité. La profonde méconnaissance des lois de la vie les a amenés à exterminer des millions de vaches, et d’autres animaux malades. En bio on peut entasser les poules, jusqu’à 6 au m2. Les oies sont engraissées de force, leur foie est cirrhosé mais les amateurs s’en régalent. Pas l’ombre d’un merci pour ces animaux qui ont souffert toute leur vie, que l’on a empêché de vivre dans l’harmonie qui leur était due. Qui plus est, la peur ressentie dans les abattoirs s’imprègne dans leur corps. Alors leur chair devient poison dans l’organisme de l’homme.…
Les végétaux ne sont pas mieux nantis. Ils sont pris de la même façon dans leur valeur mercantile. L’abandon de la vision holistique de la nature s’est généralisé. Une nouvelle science agronomique est apparue, désespérément confinée au laboratoire et détachée des réalités du terrain. Beaucoup d’agriculteurs bio n’ont aucune conscience de toute la vie invisible mise en place pour faire pousser toutes les semences ; ils se contentent de ne pas mettre de pesticides dans leur production. D’autres n’ont aucun état d’âme et sont attirés dans le bio pour percevoir les aides de la chambre de commerce. Une culture comme une autre pour eux, un opportunité.
Les grandes surfaces se sont emparées de ce marché lucratif et les légumes bios sous cellophane, cueillis avant maturité, manquent de vie dans leur emballage faute de pouvoir être touchés, sentis. Il reste les petits producteurs des marchés chez qui l’on peut encore trouver des produits de qualité parce qu’ils aiment ce qu’ils font ; certains n’arborent pas le label bio mais les connaisseurs ont appris à reconnaître un légume ou un fruit vivants dans lequel on peut encore trouver une limace, ou un vers, garants de la vie.
Dans un autre ordre d’idées, où sont passés les fleuristes de notre enfance qui embaumaient la rue alentour ? Rares sont les fleurs qui répandent leur parfum de nos jours. Les fleurs ont les jambes coupées par les pesticides, elles ne peuvent donc plus être odorantes et la plupart des pépiniéristes et fleuristes nous vendent des plantes forcées au démarrage, qui ne doivent leur survie qu’à l’amour et aux soins que nous leur prodiguons. Ou est le respect de ces règnes que nous asservissons sans le moindre état d’âme ?
Ou est la gratitude envers la terre qui nous nourrit, envers les végétaux, envers les fleurs, qui nous projettent dans un monde de beauté et de senteurs, envers les animaux qui finissent dans une assiette et sont mangés sans aucune conscience ?
alimentation-vivante-2Il faut comprendre que jamais les différentes espèces qui constituent notre nourriture, ou embellissent nos maisons et nos jardins nous donneront le meilleur d’eux-mêmes, c’està- dire le goût et le parfum, s’ils ne peuvent vivre dans la dignité. Dignité et respect, deux vertus indissociables.
Pour preuve, les jardins de Findhorn ou a été créé un modèle de nouvelle culture basé sur des valeurs spirituelles et un respect renouvelé pour la Terre et toute vie. Sur les dunes de sable stérile balayées par les vents, les plus merveilleuses des plantes et des fleurs, les plus extraordinaires arbres et légumes ont pu pousser.
Ce qui a été accompli à Findhorn, grâce à Peter et Eileen Caddy, par un contact direct et conscient avec les esprits de la nature, nous démontre de manière tout à fait concrète l’existence de ces « êtres invisibles vivants et intelligents », qui travaillent à l’intérieur des fleurs, des feuilles et des racines. Reconnu et rapporté par de nombreux sages, mystiques et clairvoyants, « ce petit peuple » est le garant de la croissance végétale qui n’est pas comme on voudrait nous le faire croire un processus mécanique.
« Les meilleurs experts agronomes ont déclaré que, dans les premières années, le compost et les soigneuses méthodes de culture biologique seuls n’auraient pu permettre d’obtenir ces résultats sensationnels. Aucun engrais chimique n’a jamais été utilisé et le terrain était aussi stérile et peu productif que possible. Il devait y avoir un autre facteur. Ce jardin est un défi et une immense source d’espoir. En cette époque de famine menaçante, ceci montre une nouvelle façon de rendre la terre plus prospère.1
1 – « Les jardins de Findhorn ». paru aux éditions Le Souffle d’Or

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s