Les grandes religions a travers le monde.

Redonner à la religion ses lettres de noblesse

religionMalgré tout, l’homme est sur la terre l’être qui a reçu des dons sacrés. Par sa conscience, sa pensée, son regard, sa parole, ses sentiments, sa volonté, ses mains, ses pieds… il a ce grand pouvoir d’agir sur sa destinée et celle de tous les êtres et règnes qui l’entourent. Il a le pouvoir de faire apparaître en eux la Lumière, la grandeur et la Divinité à travers ses actes.

Il peut conduire tous les règnes de la terre (minéraux, végétaux, animaux, autres hommes) vers les mondes supérieurs, vers la noblesse. Il peut aussi tout conduire vers l’asservissement, l’anéantissement et la mort.La religion universelle devait être un guide, une protection, un repère de façon à ce que l’homme fasse de sa vie un acte juste pour glorifier les mondes supérieurs. Elle devait lui permettre de tout conduire vers la Lumière et l’ennoblissement, dans la remontée vers le Divin. Mais le mot « religion » a perdu ses lettres de noblesse au fil de l’histoire… « Religion » vient du latin religare, qui signifie relier. La religion devait être le lien universel qui unit tous les êtres : les hommes, les animaux, les plantes, les pierres, l’air, l’eau, le soleil, les étoiles… dans la grande harmonie. Pourtant, aujourd’hui ce mot provoque souvent des résistances, des fermetures au niveau du coeur, une réticence, une peur…
L’humanité doit être guérie de la fausse religion, celle qui a conduit les êtres vers l’esclavage, la soumission, la bêtise, la peur, la souffrance, la religion qui a été détournée de sa noblesse, de sa beauté pour servir les intérêts et le pouvoir éphémères de l’homme mortel. Cette soif de domination a conduit à toutes les abominations au nom de la religion, au nom de paroles déformées et incomprises et d’un Dieu détrôné de sa grandeur, à l’image de l’homme dans sa médiocrité.
Le rôle de la religion était de tout conduire dans le dialogue, l’ouverture, la tolérance, le respect, l’hommage à Dieu en toutes les formes de vie, l’unité et l’harmonie. Il était d’apporter une bénédiction et une protection des mondes supérieurs sur la terre pour que l’homme voie et conduise sa vie comme un acte sacré dans une grandeur, une universalité. De tout temps, à différentes époques et dans diverses cultures, des messagers des mondes supérieurs, des Envoyés du Père ont été présents pour guider l’humanité et lui redonner le flambeau de la Lumière et la connaissance des Mystères.
Ainsi, de grands Maîtres sont apparus, initiant de grandes traditions religieuses, mais aucune n’a véritablement réussi à échapper à l’enfermement de l’homme et au détournement de son message et de sa lumière originels.

L’Égypte des Pharaons

egypteLa grande religion première fut celle de l’Égypte des premiers
Pharaons, dont on a perdu la trace et qui était antérieure à l’Égypte des égyptologues. Elle était la nouvelle impulsion du monde divin depuis l’Atlantide, venue pour écrire l’histoire.
Pharaon était véritablement un Fils du Soleil, un Envoyé des mondes supérieurs et toute cette civilisation égyptienne s’est bâtie sur le respect des lois divines, la protection et la préservation des Mystères sacrés. Il y avait une sagesse, une science, un savoir immenses transmis à travers l’art, l’architecture, les fresques, les écritures. Les temples le long du Nil, par exemple, étaient une représentation de la Voie lactée. C’est un savoir que l’on peut décrypter aujourd’hui et qui révèle une grandeur, une intelligence qui traversent le temps.
L’Égypte des premiers Pharaons fut la première grande religion originelle, elle se situait à un niveau de conscience supérieur. On peut la considérer comme le Moi supérieur de l’Homme universel. Elle est aussi la dernière civilisation à avoir gardé une pureté et un gouvernement en harmonie avec la sagesse des Dieux. Elle a laissé une lumière grandiose à toute l’humanité et d’elle sont issus tous les courants sacrés des Mystères et de la Tradition de la Lumière.

Le Judaïsme

Moïse a été un autre Envoyé de la Lumière, le Père fondateur de
la tradition juive. Les écritures du Judaïsme étaient divines, les Juifs avaient entre leurs mains la succession de la tradition de l’Égypte. Du Judaïsme sont nés la Kabale, les Mystères, les secrets. C’est une religion d’occultisme qui a touché la pensée. Elle peut être considérée comme la tête de l’Homme universel.
C’était un corps parfait, une tradition de Maîtres comme Moïse, Élie, Zoroastre, Mani… pour accueillir la Lumière, mais elle ne l’a pas reconnue à travers l’Envoyé de Dieu Jésus. Il y a eu une grande incompréhension et cette religion n’a pas accompli sa mission de donner un corps à la Lumière. Ainsi, il y a une blessure dans tout le peuple juif parce qu’il n’est pas parvenu à l’accomplissement de sa destinée.

Le Christianisme

Le Christianisme, lui, a touché particulièrement le coeur de l’Homme universel et a tenté d’apporter des valeurs de bonté, de générosité, de partage et d’amour. Il a aussi essayé de mettre en lumière les paroles du Maître Jésus, ce qui a été une oeuvre positive. Cependant, dans sa forme structurée, hiérarchique et dominatrice, il a à son tour affaibli la Lumière venue dans le monde à travers le Maître Jésus.
Jésus était un être véritablement particulier et exceptionnel. Il était avec le Père. Ses paroles étaient vivantes dans plusieurs mondes et elles avaient un sens tout à fait profond et insondable que l’homme, ramenant tout à ses perceptions et à sa vie mortelles, n’a pas compris. Sa prière du Notre Père est une splendeur, un mystère qui révèlent des mondes et des mondes, une sagesse, un art de vivre, une compréhension haute des mystères de la vie.
La religion chrétienne a détourné ces mystères et ces paroles pour asseoir son pouvoir et éloigner les êtres de leur lumière plutôt que de leur ouvrir un chemin vers le Divin. Elle les a conduit dans la violence, la bêtise, la peur et l’asservissement. Elle a vidé de l’amour du Mystère des textes sacrés appris sans compréhension ni sagesse.

L’Islam

Le Prophète Mahomet fut un autre grand Maître sur la terre. Il était cependant déterminé à imposer sa façon de penser par la force. Il réussit alors à percevoir le message de Dieu et à utiliser toute sa force créatrice et sa détermination pour faire fleurir chez chez ses disciples l’intelligence supérieure, la dévotion, la grandeur d’âme. Cette impulsion première du Prophète est à l’origine de l’Islam et du peuple musulman. Le Coran originel est une splendeur.
Mais, encore une fois, la fermeture, le fanatisme et le sectarisme ont détourné le peuple de cet esprit de tolérance, de bonté et de sagesse qui était présent à l’origine. Très peu des textes sont demeurés fidèles à leur forme originelle. Ils ont eux aussi été détournés de leur sens pour justifier une interprétation humaine fausse et destructrice.
Par contre, la dévotion du peuple musulman, sa fidélité aux rites et aux pratiques religieuses ont permis à l’Islam de toucher la terre et d’ancrer sa force. Cette religion peut ainsi être regardée comme la volonté et l’acte de l’Homme universel.

Le Bouddhisme

boudhismeParmi toutes les religions, l’héritage du Bouddha, ce grand Maître de la Tradition de la Lumière, est sans doute le plus positif. Le Bouddhisme a véritablement touché la terre lui aussi et laissé un impact de douceur. Des valeurs de bienveillance, de respect, de non-violence, de compassion, de générosité se sont vraiment ancrées et ont rayonné au sein de tous les peuples bouddhistes et sur la terre. C’est une sagesse et une pureté encore présentes dans la conscience de l’humanité. Dans la schématisation de l’Homme universel, le Bouddhisme se situe tout comme le Christianisme au niveau du coeur. Le Bouddhisme connaît lui aussi des déviations. Ses fidèles sont attirés par le matérialisme et s’éloignent donc de l’humanité vraie. Ils veulent de plus en plus mettre la vie mortelle dans la puissance et par conséquent les êtres divins avec lesquels ils ont des associations s’éloignent d’eux.
Évidemment, ce n’est là qu’une schématisation. Il va sans dire que tous les aspects du Moi supérieur, de la pensée, du coeur, de la volonté sont présents et développés d’une façon ou d’une autre dans chaque religion.

Revivifier les religions

Malheureusement, de par le détournement de leurs messages originaux et la non-reconnaissance des Envoyés de la Lumière, ce sont d’autres forces et égrégores qui ont empli le ciel des religions.
Par les actes négatifs, les violences et les dettes accumulées envers le monde divin, les religions ont enfermé et asservi leurs adeptes, perdu leur rôle d’unification et de protection essentiel à l’épanouissement de la vie sur terre dans son universalité. Aujourd’hui les religions sont en train de chuter, de devenir mortes et vides de sens, chargées de lourdeurs accumulées. C’est un réel danger pour l’humanité et la terre, car la religion est ce qui donne un sens à l’existence, la conduit vers la noblesse, nous relie à notre âme originelle et à toutes les formes de vie. La disparition des religions est le pire qui puisse arriver à l’homme, comme une voie grande ouverte à la négation de son âme, à la vie pour le corps dans un cloisonnement et à l’oubli total de sa grande place et de sa mission au sein de la création.
C’est peut-être de la synthèse et de l’unification de toutes les religions, dans un élan de tolérance, de sagesse, d’ouverture et d’intelligence, que s’ouvrira de nouveau le chemin de la Lumière. Dans un message transmis à Olivier Manitara, l’Archange Gabriel dit ceci : « La lumière de l’Enseignement et de l’Alliance est partie en Occident. Elle agit pour créer un peuple afin d’apporter au monde une nouvelle manifestation de la vérité, une nouvelle religion qui aura le pouvoir d’équilibrer la contre-religion matérialiste du monde actuel. »
La Tradition essénienne semble être aujourd’hui celle que le monde divin a mandatée pour reprendre le flambeau du Christianisme, du Catharisme1 et de tous les courants religieux pour les conduire vers l’unité et l’accomplissement.

La religion essénienne chrétienne

Comme un tout nouveau-né, et pourtant héritière d’une sagesse et d’un savoir millénaires, la religion essénienne chrétienne pose en ce début de millénaire les bases d’une nouvelle révélation des Mystères et
d’un art de vivre en harmonie avec toutes les manifestations du Divin.

Elle vient apporter un nouveau souffle de guérison et un nouveau chemin d’éveil vers le Divin dans la pureté. Créatrice de la Ronde des Archanges, de la célébration des quatre saisons et des quatre cultes consacrés aux éléments (eau, air, terre, feu), cette religion porte de par la présence en son sein d’un nouveau messager des Mystères des mondes supérieurs la force d’une tradition vivante adaptée à la réalité d’aujourd’hui. Elle présente des enseignements vivants replaçant l’homme dans son rôle de serviteur au coeur de la grande harmonie des mondes.
Elle propose des livres d’étude associés à des rituels comme autant d’écritures agissantes, des nouveaux textes sacrés emplis de sagesse, des formations pour conduire à porter le sacré dans nos vies, des rites d’expiation, de pardon, des cérémonies comme le baptême ou le mariage esséniens. Elle pose des réalisations concrètes comme les villages esséniens, des temples consacrés aux éléments, aux arbres, aux abeilles… qui sont activés régulièrement, une église, des lieux d’étude et de formation. Elle offre la possibilité de s’engager sur le chemin de la prêtrise…
La religion essénienne chrétienne dévoile une façon de regarder le monde sans dogmatisme, sans sectarisme ni fanatisme, sans enfermement ni condamnation, dans une volonté d’éclairer le monde et d’ouvrir un nouveau chemin qui conduit toutes les formes de vie vers la Lumière dans un grand respect. Que ce soit à travers cette émergence nouvelle, cette jeune pousse au bout de l’arbre de la Tradition, ou à travers une autre renaissance ultérieure de la grande Tradition de la Lumière, la religion doit être guérie. Elle doit redevenir un souffle pur, un ciel bleu d’éternité, un seul coeur qui unifie, relie et conduit tous les êtres vers l’ennoblissement, la conscience supérieure et les belles vertus vécues dans la simplicité. La religion doit honorer d’un même amour l’être humain, la plante, l’arbre, l’animal, la pierre, l’eau, le feu, le vent, la terre, le soleil, les étoiles, les Mystères…
Tous doivent être une partition de la grande symphonie universelle. C’est dans l’universalité, l’humilité et le respect de l’intelligence des mondes supérieurs que l’homme accomplira sa mission d’intermédiaire éveillé, conscient et agissant entre le Ciel et la Terre. Un autre futur empli d’âme et de sagesse pourra alors s’inscrire et se dessiner pour l’humanité, lui offrant un choix autre que l’asservissement grandissant vers lequel elle est en train de glisser dangereusement. Puissions-nous retrouver, fortifier et embellir ce chemin vers la Lumière

Laurence Harmonie, hiérogrammate
D’après des enseignements d’Olivier Manitara

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s