Révélation divine sur le pouvoir créateur

Comment les forces créatrices s’échangent.

pouvoir créateur- spiritualité

L’Archange Ouriel nous dit dans son psaume, que l’homme, bien qu’inconscient
de ce pouvoir, est un créateur sur la terre.

Il est créateur par ses pensées, ses paroles et ses actes.

La parole représente à elle seule un monde entier : le monde des paroles. Il en va de même pour les pensées : un monde entier de pensées. Par sa parole, l’homme donne vie à un être vivant, puis par ses actes, concrétise son monde. Les pensées deviennent donc bien concrètes par la parole et les actes.
Par tous ses actes, l’homme est créateur de mondes et de mondes… Mais créer un monde c’est ensemencer l’avenir. En général, l’homme pense, pense, pense… à tort et à travers !

Dans la grande harmonie divine, chaque monde se révèle être une nourriture pour l’autre. L’homme nourrit ses œuvres, ses « mondes » pour les faire grandir. Le besoin, profondément ancré en lui, de laisser une œuvre, trace de son passage sur la terre et preuve de l’utilité de sa vie, dévoile l’importance de l’Alliance avec Dieu.
Pourtant, il ne soupçonne pas que chaque monde engendré par ses soins, nourrit des êtres bien réels comme la guerre ou la paix, le courage ou la peur. Alors de quoi l’œuvre de l’homme est-elle nourrie ?

Actuellement, le monde se trouve plongé dans un climat permanent de peur, alimenté en grande majorité par la télé et les journaux. Nous sommes imprégnés par l’être de la peur. Si les hommes bâtissent dans un climat de conflit, alors c’est l’être du conflit qui imprègne leurs œuvres. La peur, le conflit, l’égoïsme, la violence, l’irrespect, la pollution et beaucoup d’autres œuvres comme celles-ci, sont le résultat des actes accomplis par les hommes. Est-ce cela que nous voulons léguer aux générations futures ?
Et oui : tous ces êtres auront participé à l’élaboration de notre avenir et réclameront leur dû car bien malgré nous, nous leur seront redevables.

La nourriture est un élément fondamental à la vie. En théorie, le ciel nous nourrit de pensées lumineuses que nous transformons en actes bénéfiques pour, en définitive, donner un sens à la vie dans la grande harmonie céleste. Ainsi apparaît l’abondance, la félicité, la plénitude.
C’est le paradis, le Royaume de Dieu sur la terre. Mais si nous préférons nourrir nos mondes de maladies – entendez : mal dit, mauvaise diction, mauvaise parole – c’est la pauvreté qui est reine avec son lot de souffrance amenant à tous les échecs jusqu’à la cruauté.

Il existe toujours, ici-bas, une intelligence qui alimente et qui est elle-même alimentée par des mondes enfantés sur la terre. Les hommes baignent tellement dans la peur de l’échec qu’ils font appel à des mondes démoniaques pour réaliser les œuvres de la Lumière. L’Archange Ouriel nous dit : « En toute œuvre vous devez regarder : quelle est l’influence qui l’inspire, qui l’anime ? Qu’est-ce qu’elle nourrit ? Comment est-elle réalisée et qu’est-ce qu’elle va engendrer dans le futur ? »

Nos œuvres doivent être divines car elles représentent la récolte de l’avenir.

Nous, les hommes, avons perdu le mode d’emploi de la création divine. Il nous faut réapprendre par le travail sur soi à redresser la barre.
Nous devons de nouveau engendrer des mondes « sains » pour le bien de tous. Nous devons consciemment abandonner le monde de barbarie auquel nous sommes habitués. Changeons notre culture pour emprunter un chemin plus royal. Pourquoi avoir peur d’entrer dans un monde sacré ? Dans un monde de beauté et d’ennoblissement ? Il n’y a pourtant là rien d’effrayant, bien au contraire. Le monde est malade, il a besoin de thérapeutes divins. C’est là, la mission de chaque essénien.

Le savoir de la Sagesse nous apprend que le corps est constitué de milliers de cellules vivantes.

Toutes ces cellules naissent, vivent et meurent à l’intérieur de notre corps. Mais cela ne s’arrête pas là : elles se réincarnent sans cesse dans ce corps, avec la mémoire cellulaire de toutes les expériences qu’elles ont vécues. À la mort du corps, elles se réunissent par affinité dans le but de construire un nouveau corps selon des règles bien précises basées sur les actes accomplis par l’homme. L’homme est en perpétuelle création, la vie est un processus infini.

Notre vie est immortelle et l’immortalité est le but ultime de notre vie. Tout enfante la vie. Le chant de l’oiseau sur sa branche rayonne des forces positives dans l’air environnant, au même titre que le vent dans les feuilles ou la rivière dévalant la montagne.
Le son de l’eau qui coule possède la vertu de soigner l’âme attentive. Rien n’est dû au hasard. L’animal mort sur le sol est en phase de décomposition. Cette phase n’est ni plus ni moins que la Terre qui s’alimente de son corps et le digère, de la même façon que notre corps procède à l’ingestion d’une pomme. Une fois assimilée, elle est rendue après digestion sous une autre forme plus enrichie pour servir de terreau à la Vie. Rien ne se perd, tout se garde. De génération en génération, aucune mémoire n’est oubliée.

Dieu ne veut pas de la maladie pour ses enfants. Il faut éveiller sa conscience afin de comprendre ce que veut notre créateur. Seule la méditation permet de comprendre la réalité divine. Mais que peut bien vouloir Dieu ? Il veut récupérer tous ses enfants habitant le monde de la mort, c’est-à-dire le notre !
Comment ? L’Archange Ouriel nous le dit clairement : Dieu désire que nous vivions pour lui afin de le faire ressusciter. Mais où ressusciter Dieu puisqu’il est immortel ? Tout simplement dans les pierres, les fleurs, les arbres, les animaux… les hommes ; dans toute sa création ! Pour réaliser cette « simplicité », il suffit de répondre à sa demande d’offrandes vraies et pures. Vous devez transformer votre corps constitué de milliers de cellules, donc d’êtres vivants individuels, en un corps sublimé : un corps de Divinité, un corps de Dieu !

Par quel moyen transformer son corps en un corps de divinité ? En choisissant soigneusement sa nourriture. Une véritable alimentation saine, sans pesticide, sans antibiotique ni OGM… dans un premier temps. Puis élevez vos pensées afin qu’elles vivent dans la noblesse : la vérité, l’amour, la paix, le respect, le partage…
Respirez un air sain en vous reliant avec votre Mère la Terre : sortez de chez vous afin de retrouver le chemin de la nature, observez et comprenez le message des animaux vos frères. Si vous êtes malade, sachez que la Bonté et la Sagesse sont des médicaments sacrés. Apportez la Guérison, par vos bénédictions, à tous les êtres qui vivent en vous ainsi qu’autour de vous, dans tous les règnes et dans tous les mondes. Ne mettez pas de limite à vos bénédictions, vous serez surpris de voir s’avancez vers vous la Santé parfaite.

N’oubliez pas : qui frappe par l’épée périra par l’épée. Vous, soyez Noble en redonnant une âme au monde dans lequel vous vivez. Alors tout redeviendra possible, vous ouvrirez de nouveau le chemin vers les mondes supérieurs et ces mondes viendront vous remercier de la plus belle façon qui soit, car la Vie est échange et partage.
La Vie n’est pas une morale, elle est Amour dans tous les sens du terme. Elevez-vous de l’animalité vers l’Ange. Devenez des Hommes/Anges. Alors l’Éden renaîtra sur la Terre. Article rédigé par Marie-Nadya Guérison – Hiérogrammate Extrait de la conférence du 1er septembre 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s